Gimme Mort

Ce n'est pas parce qu'on va tous y passer qu'on ne peut pas en parler.

image_author_Stéphane_Durand
Par Stéphane Durand
4 articles
9 oct. · 3 mn à lire
Partager cet article :

C’est quoi ce Gimme mort ?

Une newsletter sur la mort...On en crève tous d'envie !

La mort a toujours fait partie de ma vie. Lorsque j’étais enfant, ma maison était collée au cimetière du village. Je l’ai toujours considéré comme mon jardin, et pendant que les autres jouaient au foot, j’adorais m’y promener et lire les noms figurant sur les tombes, en imaginant les vies des gens enterrés sous mes pieds.

J’ai très vite compris la brutalité de la mort, à 13 ans, lorsque mon frère est décédé dans un accident de voiture. J’ai dû affronter l’adolescence tout en faisant le deuil de ce grand frère disparu. Puisque l’école ne nous parlait pas de ce sujet, il fallait bien que quelqu’un s’occupe de notre éducation, et comme beaucoup d’ados de la fin des années 90 plantés devant leur TV, Buffy m’aida à y voir plus clair, en me prouvant que la vie et la mort pouvaient tout à fait cohabiter. Le destin décida alors de me tester sur le sujet et mon père développa un cancer lorsque j’avais 20 ans. J’ai pu l’accompagner en soins palliatifs, jusqu’à son dernier souffle. Il est décédé à mes côtés.

Ces lignes vous procurent sans doute un malaise, mais ce fut pourtant un des plus beaux moments de ma vie : avoir la chance d’accompagner jusqu’au bout un être aimé, et voir littéralement la mort en face.

L’expérience du deuil ne fut pas pour autant un long fleuve tranquille. J’ai tenté d’en explorer tous les recoins, par le biais de lectures scientifiques ou spirituelles. Bien entendu, la pop culture joua un rôle essentiel dans ce processus. Au-delà de Buffy, des films et des séries comme Lost ou The Leftovers furent aussi une aide précieuse…tout comme mon psychiatre.

Journaliste depuis quinze ans (Vogue, ELLE, Grazia), j’ai participé à la création du magazine Stylist en y dirigeant le service photo et production durant huit ans.

En 2021, j’ai décidé d’approfondir mes recherches sur la mort en passant mon diplôme de conseiller funéraire et en cherchant un stage dans les pompes funèbres (c’est mon petit côté Florence Aubenas). En plus des cours théoriques, j’ai pu partager le quotidien d’une entreprise de pompes funèbres indépendantes parisiennes. J’y ai organisé des obsèques et assisté à des mises en bière, mais je me suis aussi confronté à l’organisation administrative complexe qui survient lors d’un décès. Cette plongée dans le monde du funéraire m’a ouvert les yeux quant à la réalité du traitement de la mort dans notre société, et force est de constater que tout ce qui l’entoure reste un sujet tabou.

C’est pour ces raisons que j’ai décidé de vous proposer Gimme Mort. Deux fois par mois, nous décrypterons le rapport que nous entretenons avec la grande faucheuse, afin de renouer le dialogue avec cet obscur côté de la vie. Nous rencontrerons les professionnels du secteur et ceux et celles qui tentent de le révolutionner; nous parlerons d’art, de culture, d’anthropologie, d’histoire et promis ce sera bien moins chiant qu’une pub pour les contrats obsèques.

N’hésitez pas à m’envoyer vos remarques, commentaires ou suggestions sur Insta @stephanedurand ou par mail : durand.stephane@live.fr

Stéphane Durand